Lorsque vous faites une demande d’un ID-CCS7, vous devez fournir une copie de votre licence radioamateur. Nous vérifions certains points assez simples mais importants.

A chaque demande d’un ID-CCS7, votre document de licence est vérifié. Vous êtes le seul à pouvoir le justifier. Ainsi, aucune personne ne peut usurper votre identité en recopiant les informations publiques contenues sur le site de l’ANFR par exemple.

Si ce document est un faux, seul les services de Police pourraient faire une enquête. Ce n’est pas notre job. Mais nous vérifions la cohérence et les informations fournies.

Nous rappelons que notre association fait partie de l’équipe mondiale en charge de la validation des ID-CCS7. Nous sommes en charge de la validation des demandes pour la France. Ces ID sont utilisés pour les technologies DStar, DMR, P25, Tetra … Ils sont uniques et liés à votre indicatif personnel, à votre répéteur ou à votre radio-club.

Ainsi, votre demande serait rejetée si le document :

  • est masqué en partie ou totalité (sauf numéro de certificat), tronqué, illisible, flou
  • ne contient pas votre indicatif
  • ne fait pas référence à la CEPT
  • est une copie d’écran du site de l’ANFR

Si vous avez perdu votre licence et pour vous éviter de demander un duplicata, nous acceptons le dernier titre de perception de la taxe radioamateur. De la même manière pour ce document, seul le numéro de certificat pourra être masqué.

Vous trouverez ici les explications pour vous aider

Et ici pour comprendre pourquoi nous vérifions votre licence CEPT radioamateur

Enfin, une explication sur les données personnelles

The following two tabs change content below.
f1shs
Radioamateur depuis les années 90, j'ai commencé par faire quelques expérimentations en BLU. J'ai beaucoup appris avec le hack d'équipements de radiotéléphonie pour créer des répéteurs FM. J'ai découvert le numérique avec le P25 en 2002 à Dayton. Avec un groupe d'amis (F4ACD, F1UOT), nous avons créé l'association DR@F en 2009 pour faire évoluer la réglementation. Nous avions alors obtenu satisfaction en 2013, avec un accès pour tous les radioamateurs au numérique et aux connexions Internet.